Le Festival

Vous avez vu l’affiche ? Le maxi-lézard et la fougère géante ? Voilà le défi de cette 8ème édition : le retour des temps primaires, mégafaune, mégaflore – Villeneuvette (re)devenue Sauvage ! Alors, au début, on bouillonne, on complote, on divague : «On pourrait construire des dinosaures géants – remplir une maison d’eau – recouvrir voitures et lampadaires de plantes métalivores – faire chanter des oiseaux géants au-dessus du chapiteau – et des fouilles archéologiques, des sirènes carnassières, du sable, des tempêtes et du feu !».

Mais après, on organise, on compte, on réalise. En fait, il n’y aura pas de pieuvre à 36 bras dans la fontaine… Au lieu de ça, on passe du temps à bien penser comment vous expliquer le prix libre à l’entrée. Huit ans et pour la première fois, on vous demande de l’argent. Alors forcément, on en parle dans l’édito. On précise. On vous dit pourquoi ce prix, bien que libre, est furieusement nécessaire. Nécessaire, parce qu’on veut proposer des spectacles au chapeau. Pour ceux qui sont déjà conquis et pour ceux à qui un tarif pourrait couper les jambes et l’envie de découvrir ces propositions-là.

Nécessaire, parce que pour qu’un village de 50 habitants accueille toujours mieux public, artistes et bénévoles ça coûte cher en logistique et en besoin : fournisseurs, secours, gazole, électricité, etc. Nécessaire, cette année particulièrement, parce que, malgré une confiance accrue de certains de nos partenaires, d’autres aides disparaissent quand les
frais restent.

Parce qu’il faut que ces fêtes-là vivent, sans se trahir, se censurer ni s’enfermer. Parce qu’aujourd’hui ces fêtes-là s’éteignent. Il faut se
battre comme dans les hôpitaux, les forêts, les écoles, la banquise ou sur les ronds-points. Alors on tient parce qu’on sait que la bataille
nous rassemble. On fait ensemble. On n’oublie pas que tout ça, c’est d’abord une histoire d’amitié et que là-dedans, on puise une sacrée force. Mégafaune, mégaflore… heureusement y’a les habitants, les bénévoles, pour verdir les murs de la manufacture un peu plus haut
et faire grouiller des scarabées sur les pavés. Et ce sera beau, et on sera bien ! Allez ! On serre un peu les dents, les poings et la ceinture, on en discute, on rit, on ouvre grands les yeux, les oreilles, les bras. On festoie ! Et qui sait, peut-être qu’à la fin on se dira quand même à
l’année prochaine ?

Collectif OEil pour OEil

Le festival de Villeneuvette est un festival accompagné par la Communauté de Communes dans le cadre du schéma de développement culturel du Clermontais.

Compagnonnage des festivals d’été 2019

Dans le cadre de la construction de son projet culturel en Clermontais, la Communauté de communes préfigure et anime un dispositif d’accompagnement d’événements estivaux, acteurs de la dynamique artistique et culturelle du territoire.

Cette coopération veut soutenir la structuration et la pérennité d’initiatives locales, tout en favorisant leur rayonnement par un déploiement en réseau et la matérialisation d’outils et d’espaces de mutualisation.

Elle s’incarne dans un programme d’échanges et de diagnostics, de partage de pratiques, d’apports en ingénierie et en matériels, et par un complément financier.

Le festival de Villeneuvette est soutenu par la SPEDIDAM. La SPEDIDAM est une société de perception et de distribution qui gère les droits des artistes interprètes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des prestations enregistrées